Prière des parents

Année scolaire 2019/2020

Prières des Parents :

8H30 – 8H45

Mardi 8 octobre

Jeudi 7 novembre

Mardi 10 décembre

Vendredi 10 janvier

Jeudi 5 mars

Jeudi 30 avril

Mardi 19 mai

Jeudi 18 juin

Et si nous nous portions dans la prière ?

Un jeudi matin du mois d’octobre, 8h15 : l’école ouvre à peine ses portes. Comme tous les matins, les parents déposent leurs enfants, mais ce jour là, certains parents choisissent d’entrer, et vont à l’oratoire de l’école.

Ils se savent attendus car, aujourd’hui, c’est la première « prière des parents ». Nous faisons tous, parents d’élèves, équipe enseignante, partie de la grande famille de l’école Saint-Alexandre ; dans cette famille, certains sont heureux, certains sont tristes, certains sont malades, certains se sentent seuls, certains s’interrogent, certains ont envie de dire merci, certains ont envie de prier avec d’autres… Tous souhaitent présenter leurs intentions à Dieu.

Le père Richard est là ; il guide notre prière ; ensemble nous chantons, ensemble nous prions : certains disent leurs intentions à voix haute, d’autres les écrivent sur une petite feuille déposée aux pieds de la Vierge Marie. Toutes ces intentions, le père Richard les emporte. Il dira une messe pour notre grande famille (photo ci-dessous).

Il est 8h40, les premiers enfants montent dans leurs classes avec leurs enseignantes ; les parents, eux, quittent l’école, le cœur léger d’avoir prié ensemble, et d’avoir porté les autres dans la prière.

paris-20111020.jpg


Prière des parents du 8 octobre 2019

Dieu nous réunit pour notre première prière des parents de l’année scolaire, autour du Père Henri et nous remplissons de nos attentes l’oratoire.

Nous sommes surpris du silence qui s’installe et que le Père Henri ne semble pas vouloir rompre. Nous attendons, nous interrogeant sur l’attitude à avoir durant ces longues de minutes sans bruit, sans mouvement.

Le Père Henri prend enfin la parole pour lire l’évangile de Luc 10, 38-42, Marthe et Marie. Ces deux sœurs qui accueillirent Jésus avec joie dans leur maison. Mais alors que Marthe s’affaire pour offrir le meilleur à son hôte, Marie s’assied près de Lui et l’écoute silencieusement.

Nous connaissons tous ces moments où nous faisons plusieurs choses en même temps, les devoirs, le repas, le bain des enfants,… et nous agaçons de ceux qui ne nous aident pas. Nous aussi nous aimerions prendre le temps comme Marie mais nous avons trop de responsabilité pour le faire.

Et pourtant Jésus le dit bien à Marthe, c’est Marie qui prend la meilleure part. Elle a compris que le plus important à ce moment-là est d’écouter la Parole de Jésus, de se nourrir de ses pensées et d’étancher sa soif par ses éclaircissements.

Nous comprenons alors que pendant ces longues minutes de silence proposées par le Père Henri, nous avons été Marthe alors que nous aurions dû prendre le temps comme Marie de nous mettre en communion avec Dieu.

Acceptons de prendre du temps, faisons nous ce cadeau pour écouter la Parole de Dieu. C’est elle qui nous guide, nous nourrit, nous éclaire.

Prenons le temps et offrons-le à Dieu.

Sur un magnifique Je vous salue Marie chanté en communion, nous reprenons le cours de nos vies avec le bonheur d’avoir eu ensemble ce matin le temps pour nous.

Merci Seigneur.


Prière des parents du 7 novembre 2019

Un nouveau rendez-vous au sein de l’oratoire, un temps de prière, de réflexion, de partage. Nous sommes ensemble autour du Père Henri réunis par notre Seigneur. Et nous écoutons l’évangile de Saint Luc 15, 1-10 qui nous rappelle que Jésus est venu pour chacun d’entre nous et surtout pour celui qui a besoin de Lui. Il est venu pour nous sauver, nous guider tel un bon berger, nous conduire vers un chemin de bonheur et d’amour. Et son amour pour nous est allé jusqu’à la mort.

Nous attendons beaucoup de Dieu mais que faisons-nous pour l’aider ? Comment acceptons-nous de le « partager » ? Cet évangile nous montre combien Dieu nous cherche et la joie qu’il éprouve quand il nous trouve ou retrouve. C’est la même joie que celle de ce berger qui a retrouvé sa brebis perdue.

Et nous comment acceptons-nous que d’autres soient au centre des attentions ? Nous espérons toujours être celui qui reçoit. Notre demande d’amour est infinie mais nous devons aussi être celui qui donne, qui cherche celui qui s’est perdu et lui permet de trouver. Comme le dit Saint François d’Assise « c’est en se donnant que l’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve ».

C’est ainsi, dans la bienveillance, que nous trouvons la joie et le bonheur, « il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pêcheur qui se convertit. »