Prière des parents

Année scolaire 2021/2022

Prières des Parents :

8H30 – 8H45

Vendredi 8 octobre

Mardi 16 novembre

Jeudi 9 décembre

Jeudi 6 janvier

Jeudi 10 février

Mardi 15 mars

Mardi 12 avril

Jeudi 19 mai

Jeudi 16 juin

 

Et si nous nous portions dans la prière ?

Un jeudi matin du mois d’octobre, 8h15 : l’école ouvre à peine ses portes. Comme tous les matins, les parents déposent leurs enfants, mais ce jour-là, certains parents choisissent d’entrer, et vont à l’oratoire de l’école.

Ils se savent attendus car, aujourd’hui, c’est la première « prière des parents ». Nous faisons tous, parents d’élèves, équipe enseignante, partie de la grande famille de l’école Saint-Alexandre ; dans cette famille, certains sont heureux, certains sont tristes, certains sont malades, certains se sentent seuls, certains s’interrogent, certains ont envie de dire merci, certains ont envie de prier avec d’autres… Tous souhaitent présenter leurs intentions à Dieu.

Le père est là ; il guide notre prière ; ensemble nous chantons, ensemble nous prions : certains disent leurs intentions à voix haute, d’autres les écrivent sur une petite feuille déposée aux pieds de la Vierge Marie. Toutes ces intentions, le père Jaroslav les emporte. Il dira une messe pour notre grande famille.

Il est 8h40, les premiers enfants montent dans leurs classes avec leurs enseignantes ; les parents, eux, quittent l’école, le cœur léger d’avoir prié ensemble, et d’avoir porté les autres dans la prière.

paris-20111020.jpg


Prière des parents

8 octobre 2021

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (11,15-26) En ce temps-là, comme Jésus avait expulsé un démon, certains dirent : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. »  D’autres, pour le mettre à l’épreuve, cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres.  Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons.  Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges.  En revanche, si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous. Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité.  Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. Quand l’esprit impur est sorti de l’homme, il parcourt des lieux arides en cherchant où se reposer. Et il ne trouve pas. Alors il se dit : “Je vais retourner dans ma maison, d’où je suis sorti.”  En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors il s’en va, et il prend d’autres esprits encore plus mauvais que lui, au nombre de sept ; ils entrent et s’y installent. Ainsi, l’état de cet homme-là est pire à la fin qu’au début. »

 

Enseignement du Père Jaroslav :

Le mystère du mal est un défi quotidien qui nous stimule à le contourner ou qui au contraire nous égare.

Toutes nos petites révoltes, tous nos mouvements d’esprit, nos soucis, nos tensions nous divisent et divisent toutes les « maisons » que nous habitons.

Comment la division peut-elle s’y introduire ?

Qui est notre espérance, notre salut ?

1ère approche : L’authenticité. Jésus nous libère par ses paroles, par ses actes. Jésus se base sur l’authenticité. Jésus est remis en question pour avoir fait le bien. Le résultat est bon alors pourquoi douter ?

2nde approche : La vérité. Jésus accomplit les promesses, les œuvres de Dieu qui font venir le Royaume de justice et non le mal. Le doigt de Jésus c’est l’esprit d’amour. Il y a là, l’importance du fruit. Le démon revient avec 7 autres démons mais le fruit du salut n’est pas d’être libéré mais de s’engager sur le chemin de justice, de bonté, de générosité. Ainsi s’ouvre le règne de Dieu.

La maison divisée : c’est le péché. Lorsque le problème est réglé c’est le salut. Vers quoi allons-nous ? Nous sommes de pauvres pécheurs très aimés de Dieu, c’est ce qui nous sauve. L’amour que Dieu nous porte est notre salut.


9 décembre 2021

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (11, 11-15)

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules :
« Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme,
personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

« Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent, le royaume des Cieux subit la violence,
et des violents cherchent à s’en emparer.
Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu’à Jean.
Et, si vous voulez bien comprendre, c’est lui, le prophète Élie qui doit venir.
Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

Enseignement du Père Jaroslav :

… « qu’il entende » : qu’il est bon d’entendre une lecture de ce qui se passe dans le monde, dans l’histoire.
Jésus est interprète, il est bon de l’entendre.

Personnage parmi ceux nés d’une femme, personne en qui on peut mettre une espérance, tout cela s’inscrit dans la naissance au sein du foyer, autour de celle qui porte la vie. Sens que donne un personnage et son origine.

Ici, c’est la perspective du royaume de Dieu qui donne sens à notre histoire : confrontation avec la violence mais ceci n’est pas isolé de nos inquiétudes.
Le royaume promis se réalise. Les drames de l’histoire sont passagers. Les générations se succèdent. Importance de ce qui se passe à travers la famille et celle qui porte la vie : la femme.
Figure de Jean : c’est le plus grand des prophètes et nous entendons qu’il est le plus petit dans le royaume. Ce que fait Dieu est bien plus grand que ce que l’on peut faire de lui en nous, à travers nous. Dieu a besoin de nous pour réaliser son projet.

 » Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant, le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui.  » (Mt 11,11)

** Comment comprendre cette phrase invraisemblable ? Le plus petit des chrétiens est plus grand que Jean ? Un temps nouveau commence, un temps où les valeurs ne sont plus les mêmes. Il y a un avant la venue de Jésus et un après. Jean-Baptiste s’est effacé devant Jésus. Il a été le plus grand de l’Ancien Testament, mais le plus petit du Nouveau Testament est plus grand que lui, par la grâce du baptême et de l’Esprit Saint.

>> Quel respect pouvons-nous avoir de notre dignité de baptisés, et aussi pour tout homme que nous espérons un jour dans le Royaume des Cieux ? Quelles conséquences en tirons-nous ?

Communauté du Carmel Séculier (OCDS)

Joyeuse fête de Noël à tous !


Prière des parents Jeudi 6 janvier 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Luc 4, 14-22a)

En ce temps-là, lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé.
Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.
Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération,
et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés,
annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire :
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »
Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche.

Enseignement du Père :

Nous avons les yeux fixés sur Jésus. En notre âme, fixons notre regard sur le Christ qui fait jaillir des paroles pleines d’Espérance.
Le Christ-Jésus est Parole d’Espérance, il répond aux attentes les plus intimes de nos vies.

Après l’Epiphanie, c’est la révélation à toutes les nations, la Parole est offerte à tous.
Se lèvent ainsi des actes, des signes du Royaume, des paroles plus des actes (cf. Evangile).

Toutes ces réalisations sont réelles, ce sont des faits.

Par son exemple, par sa Grâce, c’est la restauration et la guérison du corps et l’Esprit du Seigneur. Nous incorporons cette présence du Christ. Nous sommes demeure de l’Esprit Saint. Pour que se réalise en nous la Grâce de Dieu.

Prière : Comme les mages

Ils ont marché longtemps,
Ils ont marché dans la nuit,
Ils ont marché à l’étoile,
Et dans la crèche ils ont trouvé un enfant de lumière.
Oh, Seigneur de lumière,
Comme les mages, nous te cherchons chaque jour.
Pour te trouver, Seigneur,
Il suffit de suivre l’étoile de la bonté et de la paix.

Vois, Seigneur, comme les mages,
nous venons de chez nous pour chercher auprès de toi la paix et la joie.
Nous venons de partout pour t’entendre
nous dire des mots d’amour pour tout le monde.
Et toi, Jésus, tu nous reçois tous et tu nous dis :
« Me voici, je me donne à vous comme un cadeau pour vous tous !
Servez-vous ! Près de moi, vous trouverez le plus grand bonheur. »


Prière des parents

10 Février 2022

Notre Dame de Lourdes

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 7, 24-30)

En ce temps-là, Jésus partit et se rendit dans le territoire de Tyr.
Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache, mais il ne put rester inaperçu :
une femme entendit aussitôt parler de lui ; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ; elle vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille.
Il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »
Mais elle lui répliqua : « Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! »
Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. »
Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.

Enseignement du Père Jaroslav

On peut être surpris par l’attitude de Jésus toujours en discrétion.

La réponse donnée à la femme est un peu humiliante mais elle exprime la vérité profonde de la grâce de Dieu.

Nous sommes très très loin de Dieu, si nous sommes appelés enfant c’est une grâce, c’est la vie qui nous est donnée. Le baptême nous établit avec ce qui entretient la vie : le Seigneur. Sans cette marque du baptême, nous étions « étrangers, morts » dit Saint Paul. Seul Jésus Christ peut surmonter cela pour nous unir.

La femme syro-phénicienne par son humilité va susciter cette réconciliation avec la table du Seigneur car il y a des grâces ponctuelles comme les miettes d’aliment et nous pouvons en bénéficier tout le temps. Hélas, c’est la force du péché qui divise. Nous sommes des mendiants de la Grâce.

« Seigneur pitié, sans toi nous ne sommes rien. »

Le Seigneur est infiniment bon.

Prière à Notre-Dame de Lourdes de Jean-Paul II :

« Je te salue Marie, Femme de foi,

première entre les disciples !

 Vierge, Mère de l’Église,

aide-nous à rendre toujours compte

de l’espérance qui est en nous,

ayant confiance en la bonté de l’homme

et en l’amour du Père.

Enseigne-nous à construire le monde,

de l’intérieur :

dans la profondeur du silence et de l’oraison,

dans la joie de l’amour fraternel,

dans la fécondité irremplaçable de la Croix.

Sainte Marie, Mère des croyants,

Notre-Dame de Lourdes, prie pour nous.

Ainsi soit-il ! »


Prière des parents

15 mars 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23,1-12

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara :
« Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »

Enseignement du Père Jaroslav :

Voici un discours percutant du Christ. Ses paroles remettent en cause ceux qui portent le trésor de la foi (les religieux). Mais le contexte est plus vaste, Jésus parle à la communauté de l’Alliance de Dieu. C’est une interpellation personnelle au cœur vis-à-vis de la vaine gloire, toute forme d’autorité (parentale) et tentation (se faire appeler Maître) de ceux qui rendent le service de l’autorité pour le bien de tous – et c’est pareil pour la famille.

Jésus nous parle des relations d’église, rassemblement de personnes avec leur liberté pour cheminer ensemble à la suite du Seigneur. Ensuite seulement viennent les règles.

Jésus nous parle du juste rapport en liberté, et de formalité dans nos relations.

Prière de Carême : Au-delà de nos ombres

Toi qui sais reconnaître l’aimable en chacun d’entre nous,
Toi qui sais voir la lumière au-delà de nos ombres
Parce que tu es aimable, parce que tu es lumière,
Permets-moi, au cours de ce carême,
De t’offrir le jeûne de tout jugement, de toute critique.

Permets-moi de t’offrir la privation,
L’abandon, le lâcher-prise des idées toutes faites
Et de cet incessant désir d’avoir raison.

Permets-moi, Seigneur, d’atteindre
Ce calme sommeil de la pensée
Où je puisse cheminer vers cette vacuité intérieure
Qui laisse en moi toute la place à ta Présence, à ton Silence.

Toi qui, même si notre cœur venait à nous condamner,
Ne nous condamne pas
Parce que tu es plus grand que notre cœur
Et connais toute chose…

Apprends-moi le jeûne des paroles
Qui ne sont pas de bienveillance et de douceur.
Alors, ma bouche sera prête à célébrer ta louange en toute occasion.


Mardi 12 avril 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 13, 21-33, 36-38)

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait. Il y avait à table, appuyé contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait. Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui.
Jésus lui dit alors : « Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne compris pourquoi il lui avait dit cela. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d’acheter ce qu’il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres.
Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit. Quand il fut sorti, Jésus déclara :« Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs :“Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”, je vous le dis maintenant à vous aussi. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ?
Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois. »

Enseignement du Père Jaroslav 

Cette évangile prépare l’ambiance de trahison qui va arriver.
Jésus va au-delà de la trahison. Jésus fait confiance, il suscite une chance pour Judas mais aussi pour les autres. C’est l’image de famille, d’un enfant rebelle qui se révolte.
Tant que dure la vie, on a une chance de réconciliation. La foi de Pierre le prouve. Nous aussi nous avons promis au Christ notre fidélité sans faille et nous voyons combien nous sommes fragiles, mais Jésus croit en nous.
« Fais-le vite » pour éviter que la malice ne s’imprègne en nous, ou la préméditation.
Moment de folie. Sois fou et reprends-toi. Relation de confiance avec Dieu. Intimité de Jésus avec son Père, il veut nous en donner une part. « Avoir part à l’amour de Dieu ».
Tout drame résulte de l’histoire de l’humanité, on reste toujours dans l’intimité avec Dieu au milieu de ce drame.
L’amour a toujours le dernier mot, c’est un appel qui nous est adressé. Ne perdons pas cette espérance.

Prière à l’Esprit Saint

Viens, Esprit-Saint, et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs. Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur. Dans le labeur, le repos, dans la fièvre, la fraîcheur, dans les pleurs, le réconfort. O lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles. Sans ta puissance divine, il n’est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti. Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé. Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé. A tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés. Donne mérite et vertu, donne le salut final, donne la joie éternelle.

Amen


Prière des parents

19 mai 2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 15, 9-11)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.
Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements,
vous demeurerez dans mon amour,
comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père,
et je demeure dans son amour.
Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous,
et que votre joie soit parfaite. »

Enseignement du Père Jaroslav

Ce texte se situe dans la dernière scène de Jésus. Jésus est devenu le serviteur de ses disciples et il leur laisse testament qui s’articule autour de trois verbes :

* aimer comme le père m’a aimé

*demeurer dans mon amour

*et garder mes commandements mes paroles

Le message que Jésus veut transmettre est un peu comme un contrat.

Aimé ne se comprend qu’avec demeurer et garder. Il y a une transition dans cet héritage.

Jésus sera là maintenant de manière spirituelle.

On peut penser à la règle entre Dieu et les hommes comme au sein d’une famille entre des parents avec leurs enfants.

C’est une transition vers un amour nuptial. Jésus nous élève en lui-même en vertu de cette alliance, de cette fidélité dans notre cœur notre pensée.

J’appartiens à…, je suis pris au sérieux.

Cet équilibre est un message une source de joie. Quand tout est bien assis bien construit il y a beaucoup de paix et de joie.

On voit l’engagement du Christ en tout premier qui nous entraîne puis de à nous de nous engager dans cette source de joie.

C’est un peu un programme de vie pour nous: comment vivre nos relations dans nos familles dans nos foyers ?

Prière à Marie pour dire oui à Dieu

Notre-Dame-du-Oui C’est à vous, Marie, que je m’adresse aujourd’hui, parce que c’est vous qui avez prononcé le oui décisif, dans un grand élan de foi et d’espérance: oui, à la demande extraordinaire d’accueillir en vous le Seigneur, oui, aux incompréhensions et découragements, oui, aux rebuffades de votre Fils qui voulait accomplir sa mission.

Oui, aux miracles, oui, aux aléas de la prédication, oui, aux affronts du procès, oui, aux tourments du chemin de la croix, oui, à l’infamie du calvaire, oui, à l’incroyable résurrection, oui, à saint Jean et à l’Église naissante.

O Notre-Dame du OUI, vous qui avez été fidèle à toutes vos promesses, apprenez-moi à répondre toujours aux appels de votre Fils et à tenir, quoi qu’il m’en coûte, tous les engagements que j’ai pris envers ma famille, envers mes amis, dans ma profession, dans mon église, et pour les pauvres du Tiers et du Quart Monde.

O Notre-Dame du OUI, vous qui étiez chaque jour assidue à la prière, aidez-moi à persévérer dans la prière, elle seule me donnera le courage et la force de vivre selon l’Évangile de Jésus Christ.
Amen !


Prière des parents

16 juin2022

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,7-15

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

Enseignement du Père Jaroslav :

Dans cet évangile, Jésus nous enseigne sur la prière.

La relation avec Dieu est un itinéraire spirituel intérieur.

Nous cherchons à comprendre comment être exaucé par Dieu.

Seule l’espérance en Dieu compte. Parfois Dieu répond à nos prières.

Dieu sait ce dont j’ai besoin, je dois le croire, c’est la purification de la foi.

Est-ce que j’ai confiance que Dieu connaît mes besoins mes soucis et me donnera la grâce en temps voulu pour tout surmonter ?

Qu’est-ce qui entrave notre relation avec Dieu ?

La méfiance, quelle est la place de Dieu dans nos vies, dans nos choix ?

Nous sommes débiteurs envers Dieu. Il nous a tout donné à commencer par la vie, …., parfois quand tout est favorable rendons grâce à Dieu.

Quand les circonstances sont défavorables, dans notre nature humaine nous avons un puits de sagesse un trésor d’intelligence illimité c’est le cas dans l’appel à la vocation à aimer, à exercer cette puissance spirituelle de la sagesse de l’amour dans la détresse. Cette sagesse est une occasion parfaite de renouer avec Dieu.

La prière du Notre-Père est une demande et c’est aussi une action de grâce, il y a trois demandes pour de monde : * que ton nom soit sanctifié, * que ton règne vienne, *que ta volonté soit faite et quatre pour nous : *donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, *remets nos dettes, *ne nous laisse pas entrer en tentation, * délivre nous du mal.

Nous sommes des mendiants de Dieu, la grâce est précédée de la puissance, de la grandeur de Dieu et Dieu rend accessible cette grâce pour nous tous.

Prière à Marie pour nos vacances 

1) O Marie, notre mère, 
Garde-nous près de ton Fils,
Guide nos pas vers Lui
à travers ce temps de vacances.
Mets en nos cœurs le désir de L’AIMER.
Mets en nos cœurs le désir de LE SUIVRE.
Mets en nos cœurs le désir de LE FAIRE AIMER.

2) Et puisqu’il précède nos pas sur nos routes humaines,
Apprends-nous à Le reconnaître, 
Dans nos maisons et nos quartiers,
Sur nos plages et au cœur des montagnes,
Dans le désert ou au milieu de la foule.
APPRENDS-NOUS À LE RECONNAITRE POUR L’AIMER. 

3) Apprends-nous à Le rencontrer 
Dans l’étranger ou le rejeté,
Dans celui qui passe et celui qui s’arrête,
Dans la vie de mon conjoint ou de mes enfants.
APPRENDS-NOUS À LE RENCONTRER POUR LE SUIVRE.

4) Apprends-nous à Le contempler, 
Dans les paysages ou les monuments,
Dans le silence ou dans l’action de grâce de l’Eglise,
Dans le Pain de Vie et l’amitié partagée.
APPRENDS-NOUS À LE CONTEMPLER POUR LE FAIRE AIMER.

5) O Marie, notre mère,
Prie pour nous aujourd’hui,
Toi qui nous garde près de ton Fils,
Toi qui guide nos pas vers Lui
à travers ce temps de vacances. AMEN

Seigneur, accompagne et veille plus particulièrement sur nos CM2 qui partent au collège et sur tous les enfants qui quittent notre école cette année, que leur route soit belle et fructueuse.

Veille Seigneur durant ce temps de vacances à venir, sur chacune de nos familles.