Conférences

Conférence du Père Richard – 6/03/2018

Pourquoi faut-il prier en famille ?

En tant que parents, on vérifie que les enfants se brossent les dents le soir et on insiste pour que cela devienne une habitude.

On doit s’occuper autant de la santé spirituelle de nos enfants, afin que leur âme s’habitue à cette rencontre avec Dieu.
La prière est un moment de contact, de grâce avec le Seigneur. Si on attend d’avoir tous les éléments en notre faveur pour prier, on attendra longtemps. Le seigneur accepte que parfois nos prières soient plus pauvres. Ce que j’entends dans mon cœur c’est la présence du Seigneur. Si ce n’est pas parfait, ce n’est pas grave. Dieu a la même bienveillance que des parents pour un enfant.
La prière, ce n’est pas la recherche de sentiment, c’est un acte de présence : « Seigneur, je suis là, je t’entends, j’ai besoin de toi ».

Prier en famille, ce n’est pas faire prier ses enfants, c’est prier avec ses enfants. Ils vont suivre par imitation plus que par obéissance.
Ecoutons Mère Thérésa : « Une famille qui prie ensemble reste ensemble. »
L’enfant a besoin de notre témoignage. S’arrêter un moment dans la journée et se tourner vers le Seigneur pour le remercier, demander pardon, intercéder pour des personnes, pour des situations etc.
Quand les enfants sont dissipés, bougent, c’est difficile de garder cette intériorité : ce n’est pas grave. Le Seigneur veut que l’on reste fidèle. L’intériorité ne s’apprend pas comme ça. Avec l’habitude, on apprend à rentrer en soi-même.

Prier en famille est une situation de prière mais ce n’est pas la seule. Il ne faut pas être surpris qu’il y ait de la résistance : on n’a pas toujours envie ou pas la force ou le courage, et les ados trouvent ça « rasant ». C’est normal car notre ennemi ne veut pas qu’on prie. Il sait que derrière ce temps de prière, beaucoup de grâces vous attendent. On sent la présence de Dieu.
Quand tu sens le plus de résistance pour la prière, c’est là que tu en as le plus besoin.
La prière est une bataille, la joie est le fruit de la prière.
Il faut trouver le bon équilibre suivant nos enfants, s’adapter, varier, trouver ce qui marche le mieux dans la famille. Varier la prière empêche la lassitude. Quand elle devient trop mécanique, elle perd du sens. Si chacun a l’occasion de s’exprimer, on le laisse sortir ce qu’il a dans son être le plus profond, il se dévoile dans ce contexte particulier. En priant à voix haute, en laissant chacun s’exprimer, on découvre aussi en tant que parent ce qu’il y a à l’intérieur de chaque personne. On devient transparent devant l’autre qui se découvre, c’est la vraie force.

Sondage :
La moitié des couples se séparent.
C’est seulement 1/3 pour ceux qui se marient à l’église, 1/50 pour ceux qui vont à la messe tous les dimanches et 1/10000 pour ceux qui en plus prient ensemble.

Le Pape François résume : « Prier c’est dire Merci – Pardon – SVP ». Cela n’a pas besoin de durer plus longtemps.

Quelques astuces :
Etre régulier pour créer une habitude, que cela devienne naturel, spontané. On peut profiter des occasions que l’Eglise nous donne : Carême, Avent… pour commencer.
On a besoin d’être fidèle.
Un temps de prière court. Ce n’est pas le seul temps de prière de la journée.
Savoir varier. Utiliser des supports différents, s’adapter à l’âge, à la situation : une phrase de l’Evangile, un Notre père, un Je vous salue Marie, une intention de prière pour un membre de la famille ou pour des gens qui ont en besoin… Faire participer tout le monde. Chaque enfant s’exprime et la règle du jeu c’est de ne pas commenter ce que dit l’autre pendant la prière.
Avoir un rituel : une bougie allumée, un point de repère, un moment de la journée, un lieu dédié. Chaque enfant peut fournir des choses.
C’est bien aussi de chanter.
Saint Augustin disait  : « Chanter c’est prier 2 fois » et Saint Jean-Paul II : « Quand les enfants chantent c’est prier 3 fois ».

Dieu nous appelle à la prière donc il va nous en fournir les moyens.
« Viens Esprit Saint et aide-moi à prier ». Ainsi vous savez ce qu’il faut dire.
Dieu veut parler au cœur des enfants et le cœur cherche Dieu. La prière est une vraie richesse pour nos familles. Il y aura certes des résistances mais si on insiste, ce sera un vrai cadeau pour nos enfants. Le cœur de chaque personne est fait pour Dieu et cherche Dieu. Ce qui est enseigné dans le cœur d’un enfant peut durer toute une vie. On sème, le Seigneur nous inspire et va faire fructifier tous ces bons grains que l’on a mis dans le cœur de nos enfants.

Prier en famille, quelques conseils ici


Résumé de la conférence du 26 avril 2017 sur l’accueil de la différence ici


Conférence du Père Richard – 9/2/2016

  1. Comment reconnaître la présence de Dieu dans mon quotidien

Est-ce que Dieu peut être présent dans ma vie de tous les jours ? Oui nous imaginons qu’il y a 2 catégories de chrétiens

  •  1ère catégorie : ceux qui ont une mission spéciale dans l’église – vie de Sainteté.
  •  2ème catégorie : la grande masse des chrétiens.

Un PDG est entouré d’un cercle restreint mais ne connaît pas tous les salariés. Il ne sait rien des salariés. Je peux avoir la même idée de Dieu par rapport à moi.

Mais non il n’y a qu’une catégorie de chrétiens. Dieu veut être très proche de moi dans ma vie

  • Pourquoi je ne ressens pas la présence de Dieu ?
  • Est- ce que j’ai vraiment envie que Dieu soit si proche dans ma vie ? Est-ce que ça me gène ?

 

  1. Je peux avoir l’impression que Dieu ne me parle jamais et pourtant…

Dieu se mêle de nos vies car il sait que c’est bien. Si j’attache trop d’importance aux regards des autres le Seigneur va intervenir. Tout se qui touche ma vie morale : oui le Seigneur veut être présent. Si je fais des choses répréhensibles : le Seigneur n’aime pas ça. Le Seigneur veut être présent dans tout ça si je veux. Peut-être il y a une résistance en moi qui dit « je ne suis pas prêt ». Qu’est-ce que Dieu va changer dans ma vie ?

On a tous un peu peur que le Seigneur change tout, et je préfère garder le contrôle et ça devient un Dieu « robinet », j’ouvre quand l’ai besoin et Dieu n’aime pas ça. Je ne peux pas connaître Dieu et avoir peur de lui. Quand on touche la plus grande liberté intérieur et la plus grande paix c’est quand j’ouvre mes bras « Seigneur je te fais une confiance totale » et là je ne me cache pas et je trouve la vraie paix. Dieu devient mon point de référence. Là, je n’ai plus peur et j’expérimente plus la paix au cœur, j’ai moins de stress car ma confiance en Dieu est totale.

Quand vous priez, vous donnez-vous totalement ?

Exemple un papa qui répare un jouet cassé à son enfant. A Dieu on lui confie des choses mais sans trop lui confier. Si je suis anxieux, si je ne dors pas car ça mouline, ça veut dire que je n’ai pas toute confiance.

Pourquoi je ne ressens pas sa présence ?

 

  1. Qu’est-ce que ça change dans ma vie ?

Qu’est-ce que vous attendez de Dieu ?

Prophète Elie livre des Rois rencontre avec Dieu.

Je ne dois pas attendre de manifestations de Dieu dans les choses extraordinaires mais dans le silence de mon cœur.

 

Conscience = lien le plus profond dans le cœur de l’homme où l’homme se trouve tout seul avec la voix de Dieu.

Voix de la conscience et plusieurs fois par jour c’est la voix de Dieu et quand je me dis bravo c’est que j’entends la voix de Dieu, c’est que je lui fais confiance. Il faut essayer de suivre sa conscience du 1er coup.

« Seigneur, je ne suis pas digne de Te recevoir… mais dis seulement une parole et je serai guéri = et voilà c’est Dieu qui est toujours avec moi.

Lui demander son conseil, écouter ses inspirations. Dieu veut me conseiller pour m’éviter les problèmes. Vivre dans la présence de Dieu, on se rend compte de beaucoup de choses.

Attention ma conscience n’est pas une loi en soi, ce n’est pas l’auteur de la vérité, elle doit être formée par la voix de Dieu. Si ça vient de Dieu ma conscience est toujours accompagnée avec la paix, le bonheur et je sais que c’est vrai. Il faut éclairer sa conscience avec les écritures, être accompagné par quelqu’un ( confesseur, …)

 

Pour nos enfants comment transmettre tout ça ?

Nous ne sommes pas dans une position d’autorité mais plus dans une attitude de témoin. Je partage avec toi gratuitement ce que j’ai reçu gratuitement. Pour transmettre tout cela à nos enfants, il faut le vivre. Transmettre cette voix de Dieu à nos enfants.

Quand c’est une voix mauvaise dans ma conscience c’est moi et non pas Dieu et je ne suis pas en paix. La voix de Dieu c’est le bon, le bien. Fais-moi confiance : c’est le Seigneur et tout de suite c’est la paix.

Ce qui donne la paix c’est de pouvoir réaliser le bien = cela ne veut pas dire oui à tout. Il faut savoir dire non = le Seigneur dit il ne faut pas céder. Pas facile d’être parents = il faut du discernement.